Suite du dessin de pattes de chat


J’ai posé les bases des couleurs et je peux monter les teintes, sur les rayures notamment. Le choix de la teinte de la feuille n’était pas très judicieux car elle est trop proche des couleurs du dessin mais je n’avais pas un choix énorme, les autres teintes étaient beaucoup trop vives à mon goût.


Maintenant que j’ai passé plus de couleur ocre sur les pattes, elles se détachent mieux du fond. Les doigts commencent à prendre du relief et de la présence.


Ah, ça vient ! Je commence à pester quand je me détourne de l’ordinateur et que je reviens au dessin en voyant le « chat » posé sur la feuille de papier, c’est bon signe. Mais c’est un fait que ce chat très narcissique a déjà tenté plusieurs fois de se coucher sur son portrait partiel.


Je commence à aborder la phase finale en posant du « vrai » noir dans certaines zones, comme celles des poils entre les doigts, le centre des rayures et la « moquette » sous la patte arrière. Le violet qui était trop violent au départ est maintenant fondu dans les autres teintes, même si sur la queue je pourrais l’atténuer un peu plus. Il apporte des variations dans le rendu du dessin en le faisant quitter la simple « harmonie en brun ». J’ai pu vérifier sur les poils de la queue que cette technique permet effectivement de placer des traits clairs par-dessus une zone sombre, ce qui signifie que le papier n’est pas encore trop saturé par tous ces passages.

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.