Au théâtre

In extenso ou presque, un chapitre du Guide des Convenances consacré aux comportements à adopter au théâtre, aux théâtres plutôt puisque selon leur prestige, les codes sont différents. Où l’on peut voir que la femme doit éviter tout contact malvenu, social ou physique tout en exhibant les signes extérieurs de richesse et de féminité. Elle ne touche pas l’argent, ne doit pas savoir que ça existe ailleurs que dans sa toilette. Bref, un petit florilège…

Au théâtre

Les dames portent la toilette décolletée, cheveux garnis de fleurs, plumes, diamants à l’Opéra, l’Opéra-Comique, l’Opéra-Comique, aux Français, aux premières loges, avant-scène, fauteuils de balcon, d’amphithéâtre.Dans certains théâtres, les dames sont tête nue à l’orchestre.

Les messieurs sont en habit, cravate blanche, gants. La mode anglaise qui autorise l’habit à partir de six heures du soir permet aux hommes le port de l’habit dans tous les théâtres. Chapeau haut de forme et canne. À la place de l’habit, on porte smoking, redingote, jaquette.

Dans les théâtres secondaires, les dames ne portent pas de toilettes décolletées (étonnant ce dénudement comme signe de classe…); toilette élégante, chapeau habillé, gants clairs.Il est de mauvais goût de porter des chapeaux pouvant gêner les voisins. Il est de mauvais ton aussi dans ce cas de se plaindre pendant toute la soirée d’une voisine dont la coiffure vous cache une partie de la scène. (Peut-on arracher le chapeau mais sans se plaindre?)

Lorsqu’on possède sa loge d’abonné, on peut envoyer une ou deux places ou toute sa loge à des amis. On ne choisit pas, pour envoyer sa loge, le jour d’un spectacle ennuyeux. Si la loge vous est offerte, on doit un pourboire à l’ouvreuse; autrement, si on partage avec les propriétaires, ce sont eux qui donnent le pourboire.

Un monsieur invité peut offrir des bonbons. Il en commande une boîte chez le confiseur; cette boîte, composée de bonbons en collerette avec pinces ou petites cuillers; sera portée par un domestique pendant un entracte (encore une fois, on ne touche pour ainsi dire jamais la nourriture, beurk…). Celui-là donnera la boîte au monsieur invité qui l’offrira aux dames présentes.

À moins d’exception, les dames ne se rendent pas visite (surtout en toilette décolletée) d’une loge à l’autre. Elles se retrouvent à la sortie; le plus souvent on achève la soirée ensemble dans la salle commune d’un restaurant à la mode.

Lorsqu’un monsieur accompagne des dames dans une loge, c’est lui qui paie le vestiaire. Une dame ne quitte sa loge que pour aller au foyer avec son cavalier.

Le monsieur qui accompagne une dame ne la laisse pas seule dans sa loge.

Un monsieur ne va saluer une dame dans sa loge que si elle est accompagnée de personnes connues de lui. Si cette dame est accompagnée de personnes inconnues du monsieur, il se contente de la saluer de sa place, en soulevant légèrement son chapeau.

Les dames n’applaudissent guère. Elles lorgnent à peine dans la salle. Elles peuvent lorgner sur la scène (ce serait bête de ne pas en profiter, après tout au théâtre, il y a même un spectacle sur la scène, si si, je vous assure!).

Éviter les pleurs, les rires; toute manifestation exagérée est de mauvais ton. (Le mieux est peut-être quand même de ne pas regarder le spectacle, après tout on est venu montrer ses diamants et son décolleté avec un panneau pas-touche, le principal est fait!)

À l’Opéra, à l’Opéra-Comique, aux Français, un monsieur ne pénètre pas dans la loge d’une dame avec sa canne, il la laisse à l’ouvreuse. Dans les autres théâtres, il garde sa canne.

Une dame placée derrière un monsieur qui oublie d’ôter son chapeau supportera cet inconvénient. Il est préférable qu’elle ne voie point la scène et ne parle point à un inconnu.

Si ce sont des artistes en scène qui vous ont procuré ces places, il faut assister à toute leur représentation et les applaudir discrètement (pfff, quelle corvée…).

On ne blâme pas tout un haut un artiste et les femmes doivent éviter de critiquer l’âge, la figure des artistes femmes.

Les messieurs, pour regagner leurs places aux fauteuils d’orchestre ou de balcon, doivent, s’il est possible, s’effacer de façon à être de profil ou de trois quarts, autrement ils passent de dos.

Lorsqu’un monsieur accompagne une dame, il peut offrir de la reconduire en voiture. Si elle refuse, il n’insistera pas; si la dame accepte, arrivés à destination, il descend le premier, sonne, attend que la dame soit entrée et seulement alors solde le cocher s’il ne le garde pas.

Théâtre

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

5 commentaires à “Au théâtre”

  1. Frédéric

    Longue vie à ce nouveau blog.

  2. admin

    Merci! Une petite coupe de champagne pour fêter ça?

  3. Frédéric

    Chkilng !
    + brouhaha de soirée mondaine

  4. Youle

    Et ces canapés ! Exquis !
    Bonjour, Monsieur le Préfet.

  5. Anonyme

    Vous reprendrez bien des ferreros ?

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.