Avant d’aller au musée…

Petit tour en ville hier avec ma copine Sylvie et mon appareil photo bien sûr. J’en ai ramené quelques images dont je me rends compte qu’elles finissent par alimenter une rubrique que je vais entamer aujourd’hui, celle de l’art dans la ville. Art volontaire ou « involontaire ». J’ai envie de m’amuser à vous raconter ce que m’évoquent ces images en référence à des artistes ou à des mouvances artistiques. (Si vous cliquez sur leur nom, vous accèderez à un site présentant l’œuvre à laquelle je pense)

Pour commencer, ces travaux d’aménagement de trottoir où un dallage remplace les grilles au sol qui entouraient les arbres et me font penser à des œuvres de Land Art et à Richard Long.

dallage

Ensuite, ce bloc posé sur une palette, qui m’évoque plusieurs choses: le rapport entre le socle et l’œuvre développé par Brancusi ou Bertrand Lavier, et les sculptures de Rodin où les formes émergent d’un bloc laissé partiellement brut. Quelle est la forme qui dort dans cette masse de pierre?

bloc et palette

En farfouillant dans mon disque dur j’ai retrouvé cette photo prise dans un parking couvert, ce petit bout de ruban avec un nom de famille, comme ceux que l’on cousait au col des habits quand les enfants partaient en colonie de vacances. Petit bout de ruban ramassé par quelqu’un et suspendu à une tuyauterie du mur. Ça m’a fait penser à certaines œuvres de Christian Boltanski ou d’Annette Messager (ou des deux), une sorte de mise en scène d’attributs de l’enfance avec quelque chose de morbide, décalé, attendrissant et inquiétant.

ruban et tuyau

Il y a les plus ou moins adeptes de Ben.

vélo art

Les presque Mondrian offerts par des façades au détour d’une rue…

façade et reflets

Des traces d’Action Painting sur les trottoirs…

traces sur trottoir

…ou dans mon lavabo, après avoir nettoyé des pinceaux ayant servi à repeindre un meuble à CD.

lavabo

On trouve même de l’art pariétal horizontal.

empreintes

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, demain je vais faire un tour au musée pour voir la dernière exposition en cours, celle sur l’impressionnisme, ce qui n’a pas grand-chose à voir avec ce dont j’ai parlé aujourd’hui… Changement d’herbage réjouit les veaux, les chèvres et les curieuses!

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

4 commentaires à “Avant d’aller au musée…”

  1. Caillou

    bonjoir,

    Vous êtes une passeuse! la clef des portes cachées!!
    cela m’a fait glisser au role de la signature, je me dit depuis longtemps, que les ouvriers devraient pourvoir signer leurs « oeuvres », vous imaginez le maçon, le charpentier, l’ouvrier chinois qui pourraient mettre leur(s?) prénoms, planqué quelque part?les signatures s’accumuleraient sur certains produits complexes! on pourraient jouer (par exemple pour celui qui à taillé les pavés, et celui qui les a posés) à les chercher. Combien d’ouvriers pour passer du bois à la palette? ce n’est pas une palette c’est un bucheron, un menuisier, un manut’ un routier… et quelques autres!
    une oeuvre collective en fait!
    non?

  2. Hélène M.

    Bonjoir itou!

    Il me semble que dans les cathédrales ont trouve des pierres signées par les compagnons, mais je vous parle d’un temps que les moins de 800 ans (?) ne peuvent pas connaître… Ou les vieux immeubles avec le nom de l’architecte sur la façade.

    Ce serait amusant d’imaginer ça sur un camembert par exemple, du nom des vaches à celui du magasinier, le tout marqué sur une petite puce pour ne pas trop encombrer les étals et on pourrait avoir de la lecture pendant qu’on attend à la caisse.


  3. bah dans le camemberts, il suffirait d’une bonne trace du pouce du fabricant, non?

  4. Hélène M.

    A ne pas confondre avec les empreintes de pouce laissées par les consommateurs tatillons et tâteurs…

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.