Sauvetage

Ouf, mission sauvetage réussie ! Un peu par hasard, certes, mais réussie quand même.

Tout à l’heure Alex est venue me voir dans le salon pour me détourner de l’ordinateur en m’annonçant que Shaman avait attrapé un oiseau. Gasp ! Un oiseau, dans l’appartement ? Mais qui ? Mais qu’est-ce ? Mais comment ? Et que faire ? Le miron et sa proie étaient réfugiés sous le canapé et les trois autres chats guettaient l’issue du combat titanesque.

J’ai fini par dire à Alex qu’il valait mieux laisser dame Nature suivre son cours car rien de plus horrible à mon goût que de vouloir retirer un oiseau de la gueule d’un chat et sentir, au moment où on empoigne le félidé par la peau du cou, le Schcrouittch-croc des crocs qui se resserrent sur la bestiole, histoire de signifier « ah tu m’empêches de jouer avec ma proie ? Et bien regarde et écoute ce que j’en fais ! ».

Lâcheté, indétermination, fatalisme ? Pas envie de me retrouver avec un oiseau à moitié mâché sur les bras et de devoir abréger moi-même ce qui lui reste d’existence bancale ? Le temps de me poser ces questions, pffffrtttt, l’oiseau s’était échappé des mâchoires de Shaman que l’on a vu sortir affolé de sa planque et nous indiquer toutes moustaches en avant celle de sa victime ardemment souhaitée. Bien trouvée d’ailleurs, la planque, puisqu’il s’était caché derrière les pendouilles d’une plante verte, seuls quelques tremblements dans les feuilles nous ont confirmé sa présence.

Finalement, dans le désordre le plus complet puisque nous étions en train d’essayer de virer quatre chats surexcités du salon, le moineau, car c’en était un, et bien vigouret malgré tout, a pris son envol, zigzagué aux quatre coins de la pièce et a fini par repérer la fenêtre laissée grande ouverte pour l’occasion.

Maintenant, il ne reste plus qu’à gérer la dépression de Shaman qui trouve que la vie est quand même bien injuste et que de toutes façons on ne peut jamais s’amuser dans cette maison et que, quand il sera grand, et bien il partira et on sera très tristes et ce sera bien fait !

Comme quoi, on peut se tenir comme une vieille bouse et garder l’âme d’un fauve:

( Cette rubrique spéciale ailurophiles en réponse à la suggestion de Youle… )

P.S.: C’est marrant, je viens d’essayer de remettre mon aide auditive sur ou plutôt dans l’oreille malade et ça me donne l’impression d’avoir un stéthoscope posé sur une cafetière italienne, ça glougloute à tout va ! Comme si j’écoutais mes tuyauteries avec un délicieux son de fond de piscine, mais est-ce une impression ? En tous cas ça me permet quand même de retrouver un niveau sonore suffisant pour comprendre ce et ceux (ou celles) qui m’entourent, c’est le principal, s’pas ?

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

1 commentaire à “Sauvetage”

  1. Youle

    Les ailurophiles de tous les pays sont comblés…

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.