Ane encadré

J’ai passé la journée d’hier à réaliser deux encadrements, avec quelques difficultés mais quelques coups de chance aussi puisque je pars du principe qu’avec tout ce que j’ai accumulé dans cet appartement, j’ai forcément le bon bidule au bon moment pour me sortir du pétrin.

Aujourd’hui je vous montre l’âne et je garde l’éléphant pour demain, histoire de ne pas dilapider des sujets de billets sur ce blog.

La plaque de feutrine épaisse sur laquelle j’ai piqué la laine cardée mesure 10 x 14 cm et je l’ai incluse dans une plaque de polystyrène de 21 x 29 cm (un reste d’emballage de présentation d’un outil, soigneusement gardé au cas où). Je voulais en effet inclure la tête dans un mini-décor champêtre, toujours cette histoire d’éviter le morbide de la décapitation. J’ai fait un montage avec du carton d’encadrement et cette plaque en mousse dans laquelle j’ai pu piquer des petits bouts de bois, récupérés sur un set de table récemment dépiauté afin de protéger mes plantations des appétits de chats. Sur le fond de feutrine, quelques bouts de fausses plantes collées pour la verdure et ça y est, la bête semble passer la tête par-dessus une barrière au lieu d’attendre de sécher à l’étalage.

Il y avait quelques mois que je n’avais pas fait d’encadrement et j’avais oublié les caractéristiques de certains de mes papiers, notamment le fait que ce papier vert délicatement nervuré était fort mince, trop mince, et la colle a traversé par endroits, le tachant définitivement. Pour détourner l’attention de cet incident et donner plus de relief à l’encadrement, j’ai fouillé dans ma boîte à reliure et j’ai trouvé de la grosse ficelle écrue, celle qui sert à monter et fixer les coutures des différents cahiers qui constitueront le livre. Un peu de colle thermofusible aux extrémités pour éviter qu’elle ne s’effiloche, de tout petits clous pour miniatures et j’ai pu mettre la ficelle en place. Dans ma boîte à fleurs en tissus et papiers achetées en soldes il y a quelques années, j’ai trouvé ces bi-feuilles de trèfle vertes et violettes qui agrémentent les angles. Colle, clous et ça y est, la tête réalisée il y a environ deux ans, laissée sur une étagère en attente d’idées, a enfin trouvé son complément à la fois décoratif et participant à une petite histoire. Il ne me reste plus qu’à l’amener à Mens !

Demain, je vous montre l’éléphant et son boîtage. Promis. En attendant, une photo du sourire de Shaman qui se moque bien de mon bricolage en bouts de set de table dépiauté puisqu’il a brouté tout ce qui dépassait.

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

2 commentaires à “Ane encadré”

  1. yc

    Hélène,
    Chez toi c’est une vraie ménagerie.
    On ne se lasse jamais de nos amis les bêtes et ils sont un sujet inépuisable.
    J’adore tout ce que tu fais et j’attends demain pour l’éléphant.
    yc

  2. Hélène M.

    La ménagerie est bien dépourvue en ce moment, il ne reste que les chats, l’âne et l’éléphant, tout le reste est parti à Mens ! Les murs sont vides et tous ne reviendront peut-être pas, alors j’ai commencé une nouvelle tête pour combler les vides…

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.