Et la lumière fut, un peu moins bancale. Un tout petit peu.

Je n’ai pas fait que piquer de la laine cardée cet été, j’ai aussi un peu bricolé, toujours en partant du principe qu’en fouillant dans l’appartement, il y a de quoi mener à bien les projets les plus saugrenus.

Par exemple, j’avais un lampadaire dégingandé tout autant que de guingois, un de ses abat-jour avait rendu l’âme au cours d’une des multiples chutes de l’objet mal conçu et je n’osais plus de déplacer de peur de me le prendre sur la tête.

J’ai fini par remplacer les abats-jours par les boules en ficelle achetées pour servir de décoration de Noël, en les laissant telles qu’elles sont vendues, c’est-à-dire repliées en champignons dodus. Des briques trouées, un vieux pot de fleurs revenu de son exil sur le balcon, des papillons en papier et de la colle thermofusible et hop, le lampadaire tient à peu près sur son socle improvisé et il se fond dans la végétation du coin-à-café. En plus, ça a résolu mon problème de stockage de faux papillons…

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.