Dedans/dehors

Je découvre ou redécouvre le fait de vivre dans une maison avec un jardin, ou plutôt des jardins puisqu’il y a celui de devant, celui de derrière (ou plutôt de côté) et celui derrière le mur, ancien potager retourné à l’état sauvage (du moins jusqu’à ce que j’aille y promener mon sécateur fou…).

Un jardin, c’est un dedans sans plafond, c’est un peu comme ça que je le perçois. Un peu trop d’ailleurs puisque ce matin je suis allée chercher le journal dans la boîte aux lettres du portail en grande tenue de saut du lit, cheveu hirsute, mine qui va avec, chemise de nuit et robe de chambre. La totale. En arrivant devant le-dit portail j’ai vu débouler de derrière la haie un jeune homme qui montait benoîtement sur la route. Chacun s’est ignoré superbement et a continué ses activités et ce qui m’a surprise, ce n’est pas tant cette rencontre impromptue mais à quel point j’ai gardé malgré tout la sensation d’être moi « dedans » et lui « dehors », dans deux univers parallèles et sans communication autre que furtivement visuelle. Je pense que nous nous sommes perçus comme deux poissons d’aquarium d’un genre un peu spécial, chacun de son côté de la vitre, chacun dans son univers, lui déjà dans un trajet, moi encore dans les rituels de mise en route de la journée, lui de passage et moi enclose dans un endroit, et je ne crois pas que l’idée de dire bonjour ne nous soit venue ni à l’un ni à l’autre. On ne salue pas un poisson rouge…

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

6 commentaires à “Dedans/dehors”


  1. Je ne commente pas beaucoup (pour ainsi dire jamais) mais je voulais te laisser un petit mot te disant merci pour ces moments délicieux pour les yeux que tu nous offres : ton jardin, tes peintures, tes créations, j’adore !
    (j’aime particulièrement la conclusion de ta note :p ).

  2. Hélène M.

    Merci beaucoup Stéphanie pour ce petit mot, il me touche vraiment. Je ne suis pas non plus une grande commentatrice de ton blog que je visite pourtant tous les jours (Soudain s’envolent les oiseaux… indiqué dans la colonne de droite pour les personnes intéressées) et dans lequel je retrouve le plaisir partagé du temps pris pour le regard.

  3. Salamandre

    En tout cas c’est bien joli chez vous… Vous habitez chez vos parents ?

  4. Hélène M.

    Benatrue !!!! T’as pas honte de faire rire ta vieille mère et ta grand-mère ??? Je t’embrasse et je retourne lutter contre le chèvrefeuille, quand tu reviendras tu retrouveras presque le jardin de ton enfance, avec les chemins assez dégagés pour faire de la Toto-Noire en visant sa petite sœur…


  5. Ben tout pareil que stephanie, je me régale à te lire, toi et tes retrouvailles avec ta maison d’enfance, ton land art home et le reste. A chaque fois me viennent des commentaires que je dépose peu souvent, hélas, poursuivie par « léchozafair »
    je t’embrasse donc, new Colette grebobloise ke c’est bien dommage qu’on ne se soient pas connues quand j’habitais là-bas!

  6. Hélène M.

    Merci Planeth pour ton mot. C’est vrai que les chozafair sont dévoratrices de temps et mettent souvent des bâtons dans le clavier (euh… image un peu bancale). Si tu passes dans la région, n’oublie pas de me faire signe, nous serions ravie de rencontre, ma moooman et moi !

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.