Aléas de la ponctuation

C’est la rentrée, ça n’aura échappé à personne, pour peu que vous habitiez près d’un groupe scolaire notamment. En fait j’ai quasiment toujours vécu dans les parages d’une école et le fond sonore des récréations fait partie de mon univers habituel, comme pour d’autres le cri des mouettes ou le passage des trains. En regardant par la fenêtre ouverte juste à côté de ma table de travail, j’ai l’impression que l’espace visuel est comme saturé, obstrué, par les sons stridents qu’émettent les enfants tant il y a un décalage entre la vision des grands arbres du voisin, de la chaîne du Vercors au loin, des mouches qui zonzinulent au-dessus de la jardinière et les hurlements d’excitation de la meute lâchée dans la cour à 50 m de là.

Qui dit rentrée dit bonnes résolutions. Alors je vais tenir ma promesse faite il y a quelques jours à ma marraine en publiant un nouveau billet sur ce blog puisque c’est elle qui a pris la photo qui va suivre. Il s’agit d’une déclaration affichée sur un des ponts qui surplombent la rocade sud de l’agglomération (flûte, je débranche mes aides auditives, je suis incapable d’écrire dans ce vacarme, drame de l’âge…) et elle me narguait autant qu’elle m’intriguait puisque je ne pouvais pas la prendre en photo et conduire. Merci donc à mon acolyte du moment et bravo pour la qualité du résultat !

Cette affiche m’intrigue pas tant par sa démarche (les déclarations de ce genre ne sont pas rares, même si l’endroit sert d’habitude plus à des appels à manifestations qu’à attendrissement) que par sa formulation. Que vient faire ici cette fichue virgule après « je t’aime » ???

J’ai eu beau guetter, aucune autre affiche n’est venu expliciter la teneur de ce message. « Je t’aime et… » ? « Je t’aime mais… » ? « Je t’aime, n’oublie pas le pain » ?

Les pluies diluviennes de mercredi dernier ont fait disparaître l’objet de mes interrogations, dommage, cette image servait justement à ponctuer ce trajet sans surprises ! Il restera les jeux de lumière sur les nuages surplombant le Vercors qui sont souvent surprenants et… non-photographiés.

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

4 commentaires à “Aléas de la ponctuation”

  1. Salamandre

    Tu devrais en profiter pour organiser un vaste jeu concours, la meilleure proposition gagne une touffe de pwals de Pinpin.

  2. Hélène M.

    Surtout maintenant qu’il a repoussé en poils tout doux, là où on avait ôté le poil feutré ! Alors, tu as une suggestion ?

  3. Salamandre

    J’ai bien la décevante suggestion, décevante parce que vraisemblable de « veux-tu m’épouser ? », mais en vrai je crois que je préfèrerais quelque chose comme « , nan j’rigole ! » ou plus raffiné : « , t’es la femme idéale, le bonheur dans une armoire…mais tu m’emmerdes ! »

  4. Hélène M.

    Ou « Estelle je t’aime, Eléonore je t’adore, Albert je te préfère » ?

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.