Un an

Voilà, ça fait un an que je suis venue habiter dans cette maison et la période des renouvellements commence. Renouvellement dans le double sens du terme, c’est à nouveau la même époque de l’année, le même endroit, mais c’est nouveau, en tous cas différent.

Je parle en l’occurrence du jardin, des saisons, du retour de celle des figues, plus en avance que l’an dernier, aussi nombreuses qu’il y a un an malgré la taille sévère de l’arbre, avec déjà une trentaine de pots de confiture qui attendent d’être rangés. Ou mangés.

Première année avec un contact quotidien avec un jardin et les soins à lui apporter, son évolution lente, parfois complice, parfois rétive, le retour du mauve dans les parterres après un été jaune et orange, la perspective de remiser les installations estivales, le lit à moustiquaire, les pots en terre qui craignent le gel et commencent à se dégarnir, l’arrachage des plants de tomates exténués, de nouveaux projets d’aménagement qui commencent à poindre comme si l’été avait été une période de stase, d’immobilisme contemplatif. Le plaisir du jardinage est-il plus fort que celui du jardin ? Au moins tout autant et je commence à loucher sur la bêche pour retourner la terre du potager abandonné et le remettre en pelouse. Ça permettrait au moins de ramasser les noisettes de l’arbre du coin au lieu de les laisser se perdre dans les hautes herbes alors qu’elles sont si bonnes !

Cette année les figues n’ont pas le même aspect que l’an dernier me semble-t-il. La chaleur du mois d’août les aurait-elles amenées à une autre forme de maturation ? Plus violettes, plus vite éclatées, il faut faire la course avec les insectes et les oiseaux pour les cueillir en bon état.

Les abeilles font provision de sucre :

Et les cétoines restent des heures, parfois la tête complètement enfouie dans le fruit, comme saoules :

Si je n’avais pas la phobie des pattes d’insectes accrochées sur ma peau, j’essaierai bien d’en attraper une…

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

4 commentaires à “Un an”

  1. Salamandre

    La phobie des pattes d’insectes sur la peau ? Et les kças ?? T’aimes pas choper les kças pour voir combien de temps ils tiennent la tête en bas ?

  2. Hélène M.

    Torturer les kças, je ne suis pas contre, du moment qu’ils ne s’accrochent pas à ma peau avec les griffes qui terminent leurs tarses. Comme les crabes, les choper par le dessus de la carapace, pas de problème. Mais un truc qui reste coincé sur toi alors que tu secoues la main, c’est un coup à sortir le mixer !

  3. Salamandre

    C’est ce que j’ai essayé de vous faire comprendre toute mon enfance… Mais tout de suite, quand c’est une petite soeur, plus personne ne veut rien savoir !

  4. Hélène M.

    Au prix des couches et des petits pots, on n’allait pas te laisser la mixer sous le prétexte fallacieux qu’elle te mordait, te poussait à bout par divers cris et gestes tout en prenant un air angélique dès que les adultes rappliquaient ? Mais comme ça, tu pourras dire que tu as fait l’armée, euh le grand sororat, et beaucoup comprendront et compatiront !

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.