Travaux, déception et interrogations

Six mois de travaux pour enfouir les réseaux d’eau potable et pluviale, les réseaux électriques, aménager des trottoirs et refaire le revêtement de la route qui passe devant la maison. Ce ne fut certes pas sans désagréments mais la perspective de voir enfin disparaître le fil qui gâchait toutes les prises de vue sur Belledonne aidait à patienter.

Nous guettions les engins de chantier, espérant à chaque fois que le vacarme signifiait la mise à bas du poteau disgracieux qui bouchait le peu de vue restante depuis le devant de la maison, panorama inéluctablement grignoté par la pousse des arbres divers, vicinaux ou personnels.

L’attente fut longue, très longue, mais l’espoir vif, aussi le jour où le poteau fut enfin coupé fut celui de la première déception : il ne l’était qu’à moitié pour permettre la pose d’une traverse destinée à soutenir le bignonia anciennement accrochée au fût. Ce n’était qu’un début, car le tronçon restant fut par la suite chapeauté d’un… rond en plastique blanc qui attirait l’œil peu agréablement au milieu de tout ce vert. Toutefois le plus étrange était à venir !

En effet, l’espèce de couvercle était destiné à servir de base à un objet, comment dire… comment le décrire ? Le mieux est de vous montrer :

Les paris sont ouverts : girouette ? Antenne pour communiquer avec les extraterrestres ? Épouvantail à ULM ? Éolienne expérimentale ? Seconde vie d’un parapluie aimé ? En tous la chose tourne sur elle-même, c’est la seule chose dont je sois sûre. Avec le fait que les voitures passent encore plus vite devant ma fenêtre qu’auparavant, leurs conducteurs cherchant sans doute à compenser les divers rétrécissements sensés leur inculquer le sens de la prudence. Mais j’arrête de râler car la route est maintenant bien plus jolie et agréable.

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

4 commentaires à “Travaux, déception et interrogations”

  1. Salamandre

    A mon avis tant de laideur ne peut correspondre qu’à un état temporaire, non ?

  2. Hélène M.

    C’est ce qui est fortement espéré mais depuis une quinzaine de jours, l’état est stationnaire…

  3. Salamandre

    Alors il faut lui donner un nom, comme Medusa, ou Roberto, sinon ça ne va pas être supportable

  4. Hélène M.

    Va pour Roberto, Medusa est trop réaliste.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.