Reposer en paix, diverses versions

PImpin repose en paix dans une boîte à chaussures, sous de jolis graviers achetés en magasin sans raison valable il y a quelques mois, avec son portrait sur une plaque de fausse tuile qui délimitait anciennement une platebande, ornée d’une guirlande de fausses fleurs en plastique qu’il avait grignotées par désœuvrement ou curiosité.

Ça, c’est fait.

Ce qui n’est pas encore fait par contre, c’est rentrer le lit en métal qui a servi de siestoir estival. Pourtant la resserre est quasiment prête à l’accueillir pour un coup de peinture fort bienvenu, mais chaque fois que je vais sur la terrasse carrée je trouve Charlotte en plein sommeil béat, lovée dans la moustiquaire. Comment avoir le cœur de l’en déloger et de la priver d’un tel havre de paix ?

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.