Finir

J’estime que cette peinture sur porcelaine est terminée. J’aurai appris que le contour au feutre n’est pas l’idée du siècle, même si un dessin au trait sur une assiette bise peut être une piste à explorer. Et que multiplier les pots de peinture dans des couleurs proches facilite bien la vie. Ça ne dispense pas des mélanges pour donner du relief en fines couches à la fin mais ça évite la course pour poser les teintes avant qu’elles ne sèchent sur la palette ! J’aime bien les contraintes mais certaines sont quand même inutiles.

Ensuite, je me suis posé des questions tout en peignant. Pourquoi ce retour au dessin animalier réaliste ? Je crois que peindre sur porcelaine me permet de résoudre un des problèmes de ma pratique ancienne : le débouché. En effet, peu de gens ont envie d’accrocher au mur un dessin récent d’animaux. Une reproduction ancienne, pourquoi pas, en jouant avec un aspect décalé, mais une bonne impirmante suffit pour ça ! Tandis qu’un dessin sur un objet utilitaire ou presque, quand il s’agit d’un animal décoratif en lui-même (je ne me vois pas faire un portrait de singe ou de renard sur assiette, par exemple) ça me paraît différent. Une sorte d’objet semi-précieux inclu dans le quotidien, qui ne flirte plus avec le domaine de l’art mais relève de celui de l’artisanat, ça rejoint ma conception du dessin tel que je le pratique.

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.