Sécati sécatons ! 

J’ai le sécateur qui me démange, comme à chaque printemps. Ou été. Ou automne. Mais pas l’hiver, là je développe plutôt des envies de tronçonneuse histoire d’expliquer quelque peu aux arbres qu’il y a des limites à leur domaine.

Cette fois c’est le « cotonaester qui n’en est pas un mais je ne sais plus son nom » qui a pris cher. Quand j’ai commencé à m’en occuper, il y a bientôt six ans, il menait sa vie tranquille d’arbuste planté devant le muret, avec ses frères. Eux ont mal fini, dépenaillés, dégingandés, ils ont fini par se faire ratiboiser. Mais lui, à force de taille systématique en passant devant pour aller dans le jardin, avait fini par prendre une certaine ampleur. Et même une ampleur certaine. Trop certaine.

Alors je lui ai appliqué ce qu’on appelle une taille en nuages. Un peu étriqués les nuages parce que j’ai dû supprimer beaucoup de branches maigrelettes qui finissaient en petits panaches pour former le volume apparent final. Mais ça va, je suis contente du résultat parce que ce méli-mélo de branchages avec des angles bizarres est amusant et même plaisant à voir. Et puis ça rend cette plate-bande plus aérée et les hortensias voisins vont apprécier le retour de la lumière. Et puis, ce genre d’arbuste ne rechigne pas à repousser, mêem taillé à ras !

RSS 2.0 | Trackback | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Animaregard is powered by WordPress.